Local, écologique, original : trois caractéristiques qui définissent Different and Different. Adrien Camp invente des tables asymétriques, rend les portemanteaux malicieux et fait surtout souffler une brise ambitieuse sur le design made in France.  

Adrien Camp

 A huit ans, Adrien Camp fabriquait des tables bancales en collant du contreplaqué. Aujourd’hui, après dix ans passés dans l’électronique, il revient à ses passions d’enfance en lançant avec un ami Different and Different, fort d’un mobilier original, en petite série : « Nous ne voulions pas être une maison d’édition, mais une marque, avec une cohérence, et non une juxtaposition de projets. » Une ligne artistique axée sur l’évidence et la simplicité, comme celle de la bibliothèque Upside Down : « Le point de départ était simple : je n’arrivais pas à ranger tous mes livres d’art dans ma bibliothèque, je cherchais à concevoir une structure qui puisse accueillir tous les formats, sans que ce devienne une usine à gaz. » Le résultat est une bibliothèque que l’on installe aussi bien en hauteur qu’en largeur, selon ses besoins. Dans ce design qui recherche une certaine sobriété structurelle, l’humour n’est pas absent, bien au contraire : leur Spider Chair imagine une design thérapie bien légère sur des phobies existantes, un regard teinté d’autodérision sur des objets somme toute rudimentaires.

different and different

Une démarche qui a naturellement suscité l’intérêt de galeries : « On s’engage parallèlement dans la distribution avec un souci d’être accessible sur le Web et dans les boutiques. Mais le travail avec les galeries est à l’opposé, sans contraintes : “proposez-nous l’impossible”, c’est ce qu’on nous demande et c’est un bonheur en tant que créatif d’être sans compromis. Il y a une vraie dimension exploratoire. » Établi dans le Berry, le duo privilégie le made in France, avec une priorité aux entreprises locales, et un parti pris pour le recyclable et les peintures écologiques, ou les cires naturelles. Leurs matériaux de prédilection? Le bois et l’acier, avec une attirance prononcée pour le métal plié, auquel ils donnent les formes souhaitées à froid : « On a une légèreté visuelle et en même temps une rigidité intéressante. » Les créations, tout en entrant en cohérence dans le jeu des courbes et des formes pliées, sont très différentes les unes des autres. Le banc 4×4 recherche une assise confortable, moderne et aérienne, le Rocking Lounge, un contraste réussi entre la chaleur du tissu, de la courbe du fauteuil, et le froid de l’acier. Les idées ne manquent pas, Adrien Camp remplit sans cesse des carnets : « De 50 croquis, on va faire 3 protos, qui vont aboutir sur un produit. La vraie difficulté est dans les choix qu’on fait, pas dans la recherche d’idées. »

Nathalie Degardin

Vous avez aimé cet article ?
Ne manquez pas les autres articles en vous abonnant à notre newsletter !