Ligne Roset poursuit son travail de réédition de l’œuvre de Pierre Paulin au gré de nouvelles pièces, dont la limpidité d’écriture et la modernité nous étourdit encore et toujours. L’occasion de relire le parcours du grand maître.

banquette Daybed

C’est une pièce phare dans cette série de rééditions, qui inaugura le parcours de Pierre Paulin. La banquette Daybed fut présentée en 1953 lors de la première exposition publique du créateur au Salon des arts ménagers. Le jeune homme de 26 ans y présentait sa vision d’un « appartement idéal » dédié aux jeunes ménages d’après-guerre.

banquette Daybed Une économie de formes sans pour autant mettre de côté le fonctionnel pour cette banquette avec une tablette d’esprit scandinave qui se transforme en grand canapé. Si Pierre Paulin secoue le monde du siège avec des assises d’avant-garde tel le fauteuil Mushroom en 1960, il propose des créations plus rassurantes en 1962, à l’instar de ce canapé et de ce fauteuil désormais réédités sous le nom d’Andy. Réinterprétation du canapé de Florence Knoll, l’assise est adoucie tant par les contours que par la réduction du nombre de capitons pour un effet allégé et bien moins strict. Outre constituer des systèmes de rangement, les bibliothèques du créateur ont pour objet de structurer et de délimiter l’espace.

banquette Daybed

Ultra-légère, la bibliothèque Fil fut créée en 1972 pour son propre appartement. Découpées en encoches, les étagères en bois multiplis s’insèrent aisément dans les montants verticaux de la structure en fil d’acier pour une composition pratique et aérienne. Ces quatre pièces illustrent combien la fonctionnalité et l’ergonomie sont au service d’un « appartement idéal », dont la beauté devient réalité actuelle grâce à Ligne Roset. Ligne Roset, banquette-lit Daybed, ; fauteuil Andy, ; canapé Andy, bibliothèque Fil,

 

ANDY PierrePaulin
ANDY PierrePaulin
 BIBLIOTHEQUE PierrePaulin
BIBLIOTHEQUE PierrePaulin
BIBLIOTHEQUE PierrePaulin
BIBLIOTHEQUE PierrePaulin
ANDY PierrePaulin
ANDY PierrePaulin

 

salon design
La table qui manquait : D’un design irréprochable, cette nouvelle pièce rééditée entre dans la collection de Hans J. Wegner. Créée en 1970, elle faisait partie, à l’origine, d’un ensemble de mobilier en tube d’acier lourd et peu fonctionnel, qui comprenait des fauteuils et des canapés. Aujourd’hui, la structure pliable est allégée et les plateaux sont amovibles. Polyvalence et fonctionnalité, tels sont les arguments de l’éditeur danois qui complète ainsi sa gamme face à une demande croissante de mobilier léger et multifonctionnel. Carl Hansen & Son, table Tray CH417, création Hans J. Wegner, acier et plateau en deux finitions, stratifié ou placage chêne clair ou teinté,
chaise
Bouffée d’air: Ce sympathique fauteuil de 1950 a été présenté au dernier salon Stockholm Furniture Fair. Sa créatrice, Nanna Ditzel, après avoir ouvert un studio avec son mari, a été pionnière dans le monde très masculin du design de cette époque. Son travail est jalonné de couleurs gaies, de formes généreuses et de nouvelles matières qu’elle affectionnait particulièrement. Les matières naturelles (lin, coton, sangle de jute et crin, pour le garnissage) sont privilégiées pour que ce modèle perdure. PP Møbler, fauteuil Pot chair, création Nanna et Jorgen Ditzel, revêtement en laine, pieds en hêtre massif, L. 70 x H. 79 x P. 71 cm, en tissu
lit
Haute couture : 
En 2015 Jean Paul Gaultier a investile Grand Palais pour une importante rétrospective. Partenaire de l’événement, Roche Bobois a réédité pour l’occasion le lit designé par Marco Fumagalli sur le principe du Mah Jong, créé par Hans Hopfer en 1971, en l’habillant cette fois de tissus à motifs du couturier et de velours uni Cabaret. Roche Bobois, lit Mah Jong

 fauteuil S826Dans la cour des grands : Conçu en 1971, ce fauteuil à bascule s’est inspiré des codes du classique fauteuil en bois tourné de grand-maman. L’architecte a épuré les lignes pour n’en retenir que l’essentielle et parfaite ergonomie. Les structures tubulaires rappellent les modèles chromés des années 1920 du célèbre éditeur. à l’occasion du salon imm de Cologne 2015, Thonet propose une version spéciale de ce modèle intemporel ; chacune est déclinée en deux finitions (tissu Rohi et cuir Pure Materials). Thonet, fauteuil S826, collection Thonet Collect, création Ulrich Böhme, édité à 125 exemplaires numérotés,

Vous avez aimé cet article ?
Ne manquez pas les autres articles en vous abonnant à notre newsletter !