Concepteur de la dentelle siliconée, Tzuri Gueta brouille les pistes en proposant, à la croisée de l’art traditionnel et de technologies d’avant-garde, des créations d’une poésie surprenante. 

Tzuri Gueta

Designer textile de formation, Tzuri Gueta s’impose depuis quelques années dans l’univers de la haute couture comme dans celui du design. Son secret? Avoir breveté un principe qui paraît simple sur le papier, mais qu’il décline depuis à l’infini : insuffler du silicium dans la trame de tissus, créant ainsi de véritables dentelles siliconées : « Au départ je pensais que ça me limitait de me concentrer sur un seul acte, une seule manipulation, et de la multiplier pour créer des formes. » C’est pourtant l’inverse qui se passe : les trames avec lesquelles Tzuri Gueta travaille varient en fonction des tissus qu’il utilise (dentelles de soie, organza, etc.), chacun ayant des spécificités propres.

2TG-FranaÌ-ois-Junot-compressed

Il regarde la structure, grossit un détail comme une loupe magique, le reproduit… et donne des effets de brillance, des matières douces, légères, souples, que l’on a envie de toucher spontanément. Il collaborera vite avec des grandes signatures de la mode : Jean Paul Gaultier, Givenchy, Thierry Mugler, Lacroix. « Au départ quand je travaillais dans la mode, on me prenait pour un fou : quel est ce type qui injecte du plastique de salle de bains sur les épaules de mannequins? » Aujourd’hui c’est l’inverse, tout le monde recherche cet aspect innovant, créatif, qui interroge la matière pour mieux la valoriser. Depuis, il investit des domaines multiples : créateur de bijoux, designer d’espace (Town Hall Hotel à Londres, Cascade…), designer d’objet (notamment de la superbe suspension Perles de pluie).

Tzuri-Gueta---Francois-Junot

Et à chaque fois, appose sa patte, son empreinte souple, toujours dans la déclinaison d’une microstructure en fonction du contexte ou de l’objet. Lauréat du prix Le Créateur de la Fondation Ateliers d’Art de France, il relève cette fin d’année le défi d’habiller les Grandes Serres du Jardin des Plantes de Paris, dans une exposition-performance où les arbres deviennent un champ d’expérimentation : il regarde comment la matière prend forme sur eux, comme une sorte de greffe, se teinte de couleurs… Les yeux brillants, il confie : « C’est dans cette fusion de l’objet avec le corps, l’arbre, l’espace, que se situe mon vrai travail de designer. »

_DSC6987-ret-compressed

« Noces végétales »

Exposition  Grandes Serres du Jardin des Plantes  en 2013 .

Nathalie Degardin

Crédit Tous les visuels 

© François Junot

Vous avez aimé cet article ?
Ne manquez pas les autres articles en vous abonnant à notre newsletter !