La rénovation de cette résidence d’été a été axée sur le rez-de-chaussée, afin d’ouvrir la villa sur le jardin attenant. Un projet mené par l’architecte Maurizio Giovannoni, dans lequel l’élégance aérienne a été travaillée avec un budget réduit.

_v4b8875-edit-compressedÀ ses yeux, un intérieur raconte l’histoire de ses habitants. Rien d’étonnant alors à ce que l’architecte d’intérieur Maurizio Giovannoni tisse des liens amicaux avec ses clients après avoir rénové leur intérieur en écoutant leurs préoccupations, et l’enthousiasme se retranscrit quand il parle d’eux et de son projet mené à bien. En témoigne sa description enjouée de la propriétaire de cette résidence d’été, en particulier de son dynamisme. Cette femme d’un certain âge souhaitait un flot de lumière au sein de cette maison de 124 mètres carrés, répartis sur trois étages.

_v4b8895-edit-compressedSituée sur la côte italienne du Latium, cette résidence était, certes, destinée aux vacances mais manquait cependant d’ouverture sur son jardin ; en effet, elle était emprisonnée par des petites fenêtres et des murs intérieurs cloisonnant les espaces de vie du rez-de-chaussée, ne respirant alors que par de la lumière artificielle. La rénovation a généré ainsi la mise en oeuvre d’une vaste baie coulissante sur la terrasse et la suppression de murs intérieurs au rez-de-chaussée. Objectif ? Effacer les transitions entre indoor et outdoor, la lumière naturelle étant d’autant plus capturée par un seul espace de vie réunissant salon, zone dînatoire et cuisine._v4b8785-edit-edit-compressedLe blanc a été choisi comme dominante chromatique et associé à une pointe de vert pastel, le tout parsemé de quelques motifs de revêtements luxuriants, à commencer par ceux choisis chez le finlandais Marimekko, qui se singularise par ses textiles graphiques et joyeux. Les motifs de marguerites font ainsi leur entrée dans la maison, conversant avec un cactus qui s’avère, dans les faits, être une sculpture en acier de Mario Ferranti_v4b8835-edit-compressedLe mobilier choisi reste peu coûteux pour cette maison de vacances mais agencé de façon créative. « Un espace ouvert, où elle pouvait lire, travailler et cuisiner comme si elle était dans son jardin… » In fine, le désir de la propriétaire de cette villa a été comblé : « La maison et le jardin ne semblent désormais ne faire qu’un, résume Maurizio Giovannoni. Comme si l’on était en plein air ! »

Capucine Colin – Mikko Ala-Peijari

Vous avez aimé cet article ?
Ne manquez pas les autres articles en vous abonnant à notre newsletter !