L’éditeur de tapis haut de gamme Tai Ping présente une nouvelle collection qui renoue avec son savoir-faire : le noué-main.

tai ping

Tai Ping, un retour aux sources associé à un clin d’œil à l’histoire de la photographie

Les huit modèles de la nouvelle collection Blur se déclinent en quatre versions différentes selon les couleurs, fibres et textures choisies : laine tibétaine, laine chinoise, cachemire d’Himalaya et mohair sud-africain.

Ces tapis sont réalisés au Népal, dans les vallées de l’Himalaya.

Les techniques de la photographie d’hier à aujourd’hui inspirent les différents modèles. « Aperture », « Density » et « Saturation » rendent ainsi hommage aux premières expériences photographiques et aux chambres noires expérimentales des artistes du début du XXe siècle, comme Man Ray et László Moholy-Nagy.

Dans la photographie abstraite contemporaine, des artistes comme Uta Barth, Leticia Ramos, utilisent des dispositifs comme le flou artistique et la fuite de lumière au coeur même de leurs images. Certains racontent par exemple à leur manière le travail photographique sur l’éclairage urbain.

tai ping

La palette de couleurs de la collection Blur illustre également l’histoire de la photographie, comme les tonalités sépias. Autant de rappels déclinés dans les quatre variations de la collection avec des notes vives : vert émeraude, lapis lazuli, doré ou lilas.

A la clé, des « instantanés» et des focus magnifiés en tapis que l’on accrochera volontiers au mur pour profiter de ces motifs vertigineux de beauté.

Nicole Maion 

Vous avez aimé cet article ?
Ne manquez pas les autres articles en vous abonnant à notre newsletter !