La créatrice irako-britannique, Zaha Hadid, s’est brutalement éteinte le jeudi 31 mars à la suite d’une crise cardiaque au cours d’une hospitalisation pour une bronchite, à Miami.

Portrait de l'architecte Zaha Hadid

Organique et féminine

Les architectes l’appelaient « la diva », elle se qualifiait simplement de « femme architecte », Zaha Hadid est décédée ce jeudi 31 mars à Miami. Adepte des formes organiques, elle s’inscrivait dans le mouvement déconstructiviste depuis les années 1980. Des lignes tendues aux courbes exagérées, elle provoquait et jouait avec le contraste des formes et des matières dans ses créations. D’une imagination débridée, la tigresse du design ne respectait aucun cadre, aucun code.

Un brin féministe, Zaha Hadid s’est battue tout au long de sa carrière pour renforcer son statut de femme dans un milieu parfois trop masculin. Sa détermination lui a valu d’être la première femme architecte à recevoir le Pritzker Architecture Prize, « prix Nobel de l’architecture ». « Oui, je suis une féministe parce que je vois toutes les femmes comme intelligentes, douées et fortes. » Elle portait non seulement sa casquette de féministe mais à la fois d’architecte et designeuse. Plus réputée pour sa maîtrise du béton en architecture, elle était aussi une spécialiste du métal et du verre dans ses créations design. Tables, chaises, accessoires de cuisine et salles de bains, accessoires de mode, Zaha Hadid était une « étoile de l’architecture ».

 

10 objets phares de la créatrice

Les réactions

 

 

 

O. M-G

Vous avez aimé cet article ?
Ne manquez pas les autres articles en vous abonnant à notre newsletter !