Ce sont des créations simples et astucieuses que nous propose Karoline Fesser. 
Son credo ? Concevoir des objets du quotidien lisibles et fonctionnels.   

Revisités par Karoline Fesser, les objets les plus banals révèlent des astuces inattendues : les bocaux sont habilement compartimentés, les coupes se renversent pour servir de cloches en verre conservatrices, les commodes se modulent à volonté en osant des angles atypiques et des jeux de couleurs. Qu’elle s’intéresse aux arts de la table, au mobilier de rangement ou à des assises, ses créations sont simples à comprendre, fonctionnelles, un point essentiel pour elle : « Ce qui m’intéresse, c’est de réaliser des objets utiles à la vie quotidienne, et dont on comprend facilement le processus de fabrication. Que ce soit un tabouret en bois ou un bol en verre, les produits n’apparaissent pas par enchantement, quelqu’un est requis pour les faire. Il faut des hommes et des machines pour convertir des matériaux bruts en produits finaux. J’ai un grand respect pour les artisans et l’industrie, que je veux partager avec les personnes qui utilisent mes créations. En gardant des choses simples et en développant des objets avec lesquels les gens sont en relation tous les jours, j’essaie de faire comprendre le process qu’il y a derrière, et la fabrication des objets. »

Pulpo, Shefl System 96 ° © Sven Lützenkirchen
Pulpo, Shefl System 96 ° © Sven Lützenkirchen

On comprend qu’elle apprécie particulièrement Jasper Morrison « pour sa réalisation d’objets fonctionnels et universels »… et qu’elle cite volontiers Inga Sempé « pour son fort sens du matériau et la poésie de ses créations ». Si elle crée des objets lisibles, c’est parce qu’elle est animée par une très grande curiosité, une nécessité de comprendre comment les choses sont faites ou comment les gens pensent : « C’est la base sur laquelle je m’appuie pour designer de nouveaux 
produits. Pour moi, être designer, c’est être explorateur. Tout projet commence par un champ qui a besoin d’être découvert. Il y a des millions de possibilités et cela demande de réfléchir, de faire des essais pour arriver à la décision finale. J’étudie les matériaux et les process pour les transformer en objets. J’aime aussi étudier les gens, leurs habitudes, et leur façon d’utiliser des produits. » Quels que soient les matériaux utilisés, verre, bois, aluminium, sa démarche ne varie pas. Actuellement, elle travaille avec des verriers : « Je suis fascinée par leur capacité à transformer une boule de verre chaud en une forme étudiée ! » À l’avenir, elle aimerait imaginer un espace, un restaurant ou un magasin, par exemple. « Le design apporte de la vie à l’architecture et de l’identité aux gens, il définit des espaces et rend la vie plus confortable. »

Nathalie Degardin

Vous avez aimé cet article ?
Ne manquez pas les autres articles en vous abonnant à notre newsletter !