Jean-Philippe Hugron a publié en fin d’année dernière un guide qui revient sur les réalisations architecturales qui ont fait Paris de 1898 à aujourd’hui. 

L’architecture de Paris et sa banlieue depuis un siècle

Kirche Stella Matutina. 68 avenue du Maréchal Foch, Saint-Cloud. Alain Bourdonnais, Thierry Bouts - 1965
Église Stella-Matutina, 68 avenue du Maréchal Foch, Saint-Cloud. Architectes : Alain Bourdonnais, Thierry Bouts – 1965. © Jean-Philippe Hugron
 
Difficile exercice que de présenter en moins de 300 exemples ce qui a fait un siècle d’architecture parisienne. Dans un nombre de pages limité par la contrainte de portabilité sur le terrain, il faut rassembler à la fois les exemples incontournables hérités de 120 ans de création, tout en ménageant des nouveautés encore peut présentées ou méconnues, justifiant la publication d’un énième opus recensant les trésors architecturaux de la capitale. Jean-Philippe Hugron, chercheur et critique d’architecture, a pu éviter ces écueils en élargissant son propos au Grand Paris, ce franchissement du périphérique réunissant à la fois Paris et sa banlieue constituant, selon l’auteur, une première. Plus que le découpage spatial, c’est un découpage dans le temps qui organise l’ouvrage : sept périodes relativement indépendantes des césures chronologiques traditionnelles, bornées par les grandes dates qui virent des mutations substantielles de la commande architecturale : 1968 et son mois de mai, 1974 et l’élection de Giscard, marquant, on s’en rappelle, la fin de politiques de construction des grands ensembles, le bicentenaire de la Révolution française et ses grands travaux, jusqu’au plus flou « depuis 2000 », tentative toujours difficile de saisir un esprit du temps en cours d’élaboration.

Une sélection éclectique qui illustre la richesse architecturale de la ville

Sportzentrum der Île de Vannes. 15 boulevard Marcel Paul, L’Île-Saint-Denis. Pierre Chazanoff, Anatole Kopp, René Sarger - 1971
Centre sportif de l’Île de Vannes. 15 boulevard Marcel Paul, L’Île-Saint-Denis. Architectes : Pierre Chazanoff, Anatole Kopp, René Sarger – 1971. © Jean-Philippe Hugron
 
Le guide organise des collisions. Le patrimoine religieux des années 50-60 s’entrechoque avec l’architecture des nouvelles préfectures créées par la loi du 10 juillet 1964, les tours, un sujet cher à l’auteur, voisinent avec l’OVNI de la MJC d’Argenteuil, un étrange bâtiment de l’architecte Roland Dubrulle qui emprunte sa base aux façades du déambulatoire de la Tourette, écriture corbuséenne qu’il coiffe d’une monumentale sculpture brutaliste évoquant une lecture cauchemardesque de Don Quichotte sous acide. Au rang des curiosités, on se réjouit de retrouver le MAPAD de Manuel Nuñez-Yanowsky, et ses épines en tranches napolitaines. Au chapitre des manques, puisque les déplorer fait aussi partie de l’exercice, on regrettera le peu de tropisme de l’auteur pour le logement, tout spécialement dans le chapitre 2, traitant pourtant des architectures blanches vs banlieues rouges. La plupart des images sont de l’auteur, donnant simultanément son point de vue optique et critique.
 
 
Amélie Luquain
 

Guide d’architecture, Paris

Par Jean-Philippe Hugron

DOM Publishers, Berlin, 2017

312 p., 24,4 x13, 4 cm, 38 €

ISBN 978-3-86922-655-2 (en français)

ISBN 978-3-86922-445-9 (en allemand)

https://dom-publishers.com/

 
 
 
Vous avez aimé cet article ?
Ne manquez pas les autres articles en vous abonnant à notre newsletter !